Jean Christophe et Dounia, kinésithérapeute et aide kinésithérapeute

Jean Christophe, kinésithérapeute et Dounia, aide kinésithérapeute exercent au Centre Hospitalier de Soissons : pouvez vous présenter ?

Jean Christophe : Je suis kinésithérapeute depuis 1984, j’ai d’abord exercé en libéral avant de rejoindre le Centre Hospitalier de Soissons.

Dounia : Je suis diplômée en kinésithérapie au Maroc depuis 2006, et j’exerce en tant qu’aide kinésithérapeute au Centre Hospitalier de Soissons depuis 2010

Pouvez vous nous parler de votre travail ?

Jean Christophe : A l’hôpital, nous réalisons des soins très différents au cours d’une même journée : orthopédie, pédiatrie, réanimation, service de soins de suite et de réadaptation. Cela nous oblige à toujours nous remettre en question et à nous adapter, comme récemment avec les prothèses de hanche mise en place par « voie antérieure » .

En service d’orthopédie, le rôle du kinésithérapeute est de rassurer le patient, lui expliquer les gestes à éviter, sans dramatiser et le guider pour qu’il retrouve son autonomie, le plus rapidement possible.

Nous travaillons en lien avec l’équipe paramédicale et les médecins/chirurgiens pour une prise en charge globale des patients.

Dounia : La rééducation en orthopédie/traumatologie est une prise en charge qui intervient après une chirurgie programmée de l’appareil locomoteur ou après un traumatisme, opéré ou non.

Dans le cas d’une intervention chirurgicale, elle joue un rôle majeur dans le succès de celle ci.

Le kinésithérapeute est en contact étroit avec le chirurgien afin d’adapter le traitement en fonction du patient et du geste chirurgical.

Le rôle de la kinésithérapie post opératoire sont d’améliorer la récupération fonctionnelle en retrouvant la souplesse (amplitudes passives) et la mobilisation active (musculaire), apprendre à vivre avec une nouvelle structure corporelle en informant le patient des gestes à faire et à ne pas faire en prévention des complications (luxation d’une prothèse de hanche par exemple), accompagner le retour à l’autonomie, réduire et soulager les douleurs.

La rééducation ne se limite pas aux séances de rééducation, mais aussi à l’apprentissage d’exercices à réaliser lui même (autorééducation).

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :